Informations

Unité 4 : Métabolisme cellulaire - Biologie

Unité 4 : Métabolisme cellulaire - Biologie



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Le métabolisme est l'ensemble des transformations chimiques qui maintiennent la vie dans les cellules des organismes vivants. Les trois principaux objectifs du métabolisme sont la conversion des aliments/carburants en énergie pour exécuter les processus cellulaires, la conversion des aliments/carburants en blocs de construction pour les protéines, les lipides, les acides nucléiques et certains glucides, et l'élimination des déchets azotés. Ces réactions catalysées par des enzymes permettent aux organismes de croître et de se reproduire, de maintenir leurs structures et de réagir à leur environnement.

  • 4.1 : Enzymes
    Les enzymes sont des catalyseurs. La plupart sont des protéines. (Quelques enzymes ribonucléoprotéiques ont été découvertes et, pour certaines d'entre elles, l'activité catalytique se situe dans la partie ARN plutôt que dans la partie protéine. Lien vers la discussion de ces ribozymes). Les enzymes se lient temporairement à un ou plusieurs des réactifs — le(s) substrat(s) — de la réaction qu'elles catalysent. Ce faisant, ils diminuent la quantité d'énergie d'activation nécessaire et accélèrent ainsi la réaction.
  • 4.2 : ATP
    L'ATP (Adénosine triphosphate) est un nucléotide qui remplit de nombreux rôles essentiels dans la cellule. C'est la principale devise énergétique de la cellule, fournissant l'énergie pour la plupart des activités consommatrices d'énergie de la cellule. C'est l'un des monomères utilisés dans la synthèse de l'ARN et, après conversion en désoxyATP (dATP), de l'ADN. Il régule de nombreuses voies biochimiques.
  • 4.3 : NAD et NADP
    Le nicotinamide adénine dinucléotide (NAD) et son nicotinamide adénine dinucléotide phosphate (NADP) sont deux des coenzymes les plus importantes de la cellule. Le NAD participe à de nombreuses réactions d'oxydoréduction dans les cellules, y compris celles de la glycolyse et la plupart de celles du cycle de l'acide citrique de la respiration cellulaire. Le NADP est l'agent réducteur produit par les réactions lumineuses de la photosynthèse et est consommé dans le cycle de la photosynthèse de Calvin et utilisé dans de nombreuses autres réactions anaboliques.
  • 4.4 : Glycolyse
    La glycolyse est le catabolisme anaérobie du glucose et se produit dans pratiquement toutes les cellules. Chez les eucaryotes, il se produit dans le cytosol, où il transforme une molécule de glucose en 2 molécules d'acide pyruvique.
  • 4.5 : Respiration cellulaire
    La respiration cellulaire est le processus d'oxydation des molécules alimentaires, comme le glucose, en dioxyde de carbone et en eau.
  • 4.6 : ATP synthase
    L'ATP synthase est un énorme complexe moléculaire (> 500 000 daltons) enchâssé dans la membrane interne des mitochondries. Sa fonction est de convertir l'énergie des protons (H+) descendant leur gradient de concentration en la synthèse d'ATP. 3 à 4 protons traversant cette machine suffisent à convertir une molécule d'ADP et de Pi (phosphate inorganique) en une molécule d'ATP. Un complexe d'ATP synthase peut générer plus de 100 molécules d'ATP par seconde.
  • 4.7 : Photosynthèse - Voie de fixation du carbone
    La photosynthèse est la synthèse de molécules organiques utilisant l'énergie de la lumière.
  • 4.8 : Photosynthèse - Le rôle de la lumière
  • 4.9 : Photosynthèse - Découvrir les secrets
    Ce chapitre parle de divers scientifiques et de leur cheminement vers la découverte de la photosynthèse.
  • 4.10 : Chimiosmose
    Plusieurs types de preuves soutiennent la théorie chimiosmotique de la synthèse d'ATP dans les chloroplastes. Lorsque des chloroplastes isolés sont éclairés, le milieu dans lequel ils sont en suspension devient alcalin - comme nous le prédirons si les protons étaient retirés du milieu et pompés dans les thylakoïdes (où ils réduisent le pH à environ 4,0). L'intérieur des thylakoïdes peut être délibérément rendu acide (pH bas) en suspendant des chloroplastes isolés dans un milieu acide (pH 4,0) pendant un certain temps.
  • 4.11 : Métabolisme
    Tous les êtres vivants doivent avoir un apport incessant d'énergie et de matière. La transformation de cette énergie et de cette matière dans le corps est appelée métabolisme.
  • 4.12 : Métabolisme intermédiaire
    La source immédiate d'énergie pour la plupart des cellules est le glucose. Mais le glucose n'est pas le seul carburant dont dépendent les cellules. D'autres glucides, lipides et protéines peuvent être utilisés dans certaines cellules ou à certains moments comme source d'ATP. La complexité du mécanisme par lequel les cellules utilisent le glucose peut vous faire espérer qu'un système de construction similaire n'est pas nécessaire pour chaque type de carburant. Et en effet ce n'est pas le cas.
  • 4.13 : Protéines G
    Les protéines G sont ainsi appelées car elles se lient aux nucléotides de guanine GDP et GTP. Ce sont des hétérotrimères (c'est-à-dire constitués de trois sous-unités différentes) associés à la surface interne de la membrane plasmique et des récepteurs transmembranaires d'hormones, etc. Ils sont appelés récepteurs couplés aux protéines G (RCPG).
  • 4.14 : Messagers secondaires
    Les seconds messagers sont des molécules qui relaient les signaux reçus au niveau des récepteurs à la surface cellulaire - tels que l'arrivée d'hormones protéiques, de facteurs de croissance, etc. - pour cibler des molécules dans le cytosol et/ou le noyau. Mais en plus de leur rôle de molécules relais, les seconds messagers servent à amplifier considérablement la force du signal. La liaison d'un ligand à un seul récepteur à la surface cellulaire peut finir par provoquer des changements massifs dans les activités biochimiques au sein de la cellule.
  • 4.15 : Bioluminescence
    La bioluminescence est la capacité des êtres vivants à émettre de la lumière. On le trouve chez de nombreux animaux marins, à la fois invertébrés (par exemple, certains cnidaires, crustacés, calmars) et vertébrés (certains poissons); certains animaux terrestres (par exemple, les lucioles, certains mille-pattes); et certains champignons et bactéries.


Voir la vidéo: Le métabolisme des cellules - SVT - LA VIE 2nde #2- Mathrix (Août 2022).