Information

Fossiles vivants


Coelacanthe, fourmilier, gingko ...

Un fossile vivant signifie des espèces récentes qui ont déjà vécu sous une forme similaire dans une autre période de l'histoire de la Terre. Le terme «fossile vivant» en soi est trompeur car il suppose que les fossiles vivants n'ont pas subi de développement évolutif depuis leur émergence. Cependant, ce n'est pas le cas puisque les facteurs évolutifs ont également affecté de façon permanente les fossiles vivants. Contrairement à d'autres espèces, cependant, la morphologie n'a changé que légèrement, voire presque.
À première vue, les fossiles vivants sont davantage la preuve que l'évolution ne se produit pas. Cette forme particulière de groupes d'espèces s'explique par l'existence de niches écologiques extrêmement stables qui assurent des conditions environnementales constantes (comme en haute mer), de sorte que les espèces sont restées pratiquement inchangées pendant des millions d'années, car l'adaptation n'était pas nécessaire du point de vue de la stabilisation de la sélection.

Le cœlacanthe

Les premiers cœlacanthes fossilisés remontent à environ 400 millions d'années au Dévonien. Jusqu'à sa redécouverte à la fin des années 40, le cœlacanthe était même considéré comme éteint. La particularité des fossiles vivants est souvent qu'ils combinent les caractéristiques de deux groupes différents. Dans le cas du cœlacanthe, en plus des caractéristiques typiques des poissons sous forme d'écailles et de branchies, la présence de caractéristiques amphibies, par ex. J'ai marché et un poumon. Ce fait fait du cœlacanthe une tête de pont et fournit ainsi des preuves du changement évolutif des espèces, de sorte que l'on peut supposer que les espèces ne se sont pas développées côte à côte, mais séparément.
Le cladogramme suivant montre l'évolution des différents groupes (vertébrés terrestres):
S'ils s'étaient développés côte à côte, il n'y aurait pas de nœuds, donc aucun organisme n'aurait les caractéristiques de deux groupes. Mais l'existence d'animaux de pont comme le cœlacanthe (poisson et amphibie), le fourmilier (reptile et mammifère) mais aussi l'archaeopterix (reptile et oiseau) prouvent une évolution évolutive par rapport aux espèces précédentes.